Dossier : Paris, terre d’accueil ou terre d’écueil ?

Migrants sous surveillance

À Paris, le premier centre de réfugiés d’Europe a mis à l’abri plus de 10 000 personnes depuis son ouverture en novembre. Mais cet hébergement est conditionné à un enregistrement en préfecture. Humanitaire, vraiment ?

L’homme derrière le comptoir se penche : « Ça va ? », s’enquiert-il en levant les sourcils. L’autre soulève un mocassin, puis le second. Appuie sur la pointe droite, passe au talon. Même chose avec le pied gauche, puis acquiesce : « Ça va ! » La pointure est bonne. Le voilà rechaussé. Caleçons, tee-shirts, pantalons, vestes, chaussures… Les étagères s’étendent sur plusieurs mètres de long et de haut. « C’est le “magasin” », présente Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs Solidarité, qui gère le centre de…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents