Un ancien cadre du Medef nommé directeur de cabinet du ministère du Travail

Antoine Foucher a mené des négociations majeures pour l'organisation patronale, qu'il a quittée l'an dernier en raison d'une divergence de vues.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est un symbole fort, qui confirme la nette pénétration du milieu patronal au ministère du Travail. Antoine Foucher, ancien directeur des relations sociales du Medef, vient d’être nommé directeur de cabinet de Muriel Pénicaud, rue de Grenelle.

Comme la plupart des ministres et des chevilles ouvrières du gouvernement Macron, sa carrière se partage entre la haute fonction publique et la direction des grandes entreprises. Administrateur à la commission des Affaires sociales du Sénat, collaborateur de Xavier Bertrand au ministère du Travail à l’époque Sarkozy, il entre en juin 2012 au Medef.

Le diplômé de Science Po Paris grimpe les échelons pour prendre une place centrale dans le pôle social de l’organisation patronale. Il négocie sur les dossiers brûlants durant le mandat Hollande, comme la prise en compte de la pénibilité, la modernisation du dialogue social ou encore l’assurance chômage. Comme la ministre Muriel Pénicaud, ancienne DRH de Danone, il fait donc figure de spécialiste du « dialogue social », avec les deux pieds dans le monde patronal.

Lire >> Muriel Pénicaud : le patronat s'invite au ministère du Travail

Denis Gravouil, négociateur pour la CGT sur l’assurance chômage, le décrit comme un négociateur ouvert au dialogue, « mais même s’il appartenait au Medef dit “social“, sa nomination à ce poste est un signe de plus de l’ancrage bien à droite du nouveau gouvernement ».

Départ du Medef avec le « regain des antisociaux »

Antoine Foucher quitte le Medef quatre jours après l’échec des négociations sur l’assurance chômage, en juin, en désaccord avec la ligne libérale qui se durcit à la tête du syndicat patronal. Le Medef avait en effet joué le blocage dans les négociations paritaires, en affichant des propositions considérées comme provocatrices par les syndicats de salariés. Antoine Foucher défendait, lui, une ligne plus « réformiste », dans un contexte de « regain des antisociaux », selon l’expression d’un baron du Medef cité par Liaisons sociales magazine. Son départ aurait en réalité été demandé par ce pôle dérégulationniste, animé par les fédérations d’assureurs, de banquiers, des BTP ou encore du commerce, écrivait Le Monde en août.

Au diapason du nouveau gouvernement Macron, qui se caractérise par un effondrement des frontières entre la haute fonction publique, la sphère politique et les intérêts privés, Antoine Foucher rejoint en septembre Schneider Electric France. « C’est assez naturel pour moi aujourd’hui d’aller travailler pour une entreprise après dix ans au sein d’institutions comme le Sénat, un cabinet ministériel et, donc, le Medef », déclarait-il à Liaisons sociales magazine au moment de son départ du syndicat de patrons.

Il a intégré en janvier le Conseil d’orientation pour l’emploi, instance d’expertise rattachée à Matignon. Lors de son audition à l’Assemblée nationale, en janvier 2016, il livrait également une vision du paritarisme (cogestion des organismes sociaux par les syndicats et les organisations patronales) très proche de celle défendue par Emmanuel Macron, qui souhaite accroître le rôle de l'Etat. Il se disait également d'accord avec la méthode des ordonnances pour plafonner les dommages et intérêts aux prud'hommes et saluait le principe des transactions pénales en droit du travail.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents