Un cadre de Force ouvrière rejoint le cabinet de la ministre du Travail

Stéphane Lardy, chargé de l’emploi et de la formation professionnelle à FO pendant neuf ans, devient directeur adjoint du cabinet de Muriel Pénicaud.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Représentants du patronat et de salariés seront donc réunis au ministère du Travail : après la nomination d’une ancienne DRH comme ministre (Muriel Pénicaud) et d’un ancien cadre du Medef comme directeur de cabinet (Antoine Foucher), le nom d'un ancien secrétaire confédéral de Force ouvrière, Stéphane Lardy, apparaît comme directeur adjoint de cabinet, rue de Grenelle.

Il a officié entre 2007 et 2016 sur les questions relatives à l’emploi et à la formation professionnelle. La nomination d’un ancien syndicaliste à ce niveau de responsabilité est rare, relève l’agence spécialisée AEF. Il s’agit donc d’une prise stratégique importante, dans la perspective des débats houleux prévus dans les semaines à venir au sujet de la loi travail II.

Décrit comme « un réformiste convaincu », Stéphane Lardy est, selon Michel Noblecourt du Monde, membre du Parti socialiste et a été un temps pressenti pour prendre la succession de Jean-Claude Mailly à la tête du syndicat.

Il rejoint donc une équipe qui faisait jusqu’alors la part belle aux personnalités issues du monde patronal. Selon l’AEF, il sera en charge de la formation professionnelle, grand chantier que souhaite ouvrir Emmanuel Macron, et de la pénibilité. Sur ce dernier sujet, Emmanuel Macron vient de confirmer qu’un « moratoire » sera prononcé sur le compte pénibilité.

L'an dernier, en plein mouvement contre la loi travail, Stéphane Lardy avait été nommé inspecteur général des affaires sociales, un « grand corps » de l’État qui s'occupe de la politique sociale (affaires sociales, santé, solidarité, emploi, travail, politique de la ville, formation professionnelle). Il a également été vice-président de Pôle emploi et membre du conseil d’administration de l’Unédic, de par ses fonctions syndicales.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents