Appel au secours depuis Kaboul

Expulsé début mai de Lozère vers l'Afghanistan via la Norvège, conformément aux dispositions de l'accord de Dublin, un jeune Afghan envoie une vidéo de détresse.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La vidéo est en ligne sur la page Facebook de RESF Lozère. Les membres du Réseau éducation sans frontières sont consternés : Hafizullah Safi appelle au secours depuis Kaboul.

J’ai très peur. Je ne peux pas sortir. Il y a des explosions et des gens tués. Je ne peux rester dans cette maison que deux semaines, et après je dois partir. Je ne peux pas prendre contact avec ma famille, je ne sais pas où ils sont, je n’ai personne ici.

RESF 48 demande aux autorités françaises de lui accorder un visa retour.

Le jeune Afghan était hébergé depuis deux mois au centre d'accueil et d'orientation de Marvejols quand le préfet de Lozère l'a expulsé vers le centre de rétention de Lyon, le 9 mai, afin qu'il soit renvoyé vers la Norvège, pays de son entrée dans l'Union, le 10 mai.

Les membres du réseau redoutaient qu'Hafizullah Safi soit ensuite expulsé vers l'Afghanistan, pays où il a vu son père se faire égorger par les talibans en 2015. Après deux ans d'errance, il avait trouvé refuge en Lozère.

À lire aussi >> Hafizullah, 22 ans, « dubliné » et en danger

« De la sécurité d'une petite ville de Lozère à la poudrière de Kaboul », résume RESF 48 en titre d'un texte qui invite à écrire au président de la République et à son Premier ministre.

Nous sommes atterrés et révoltés qu'Hafizullah Safi, qui avait trouvé refuge en Lozère, « terre d'accueil », où la population l’avait accueilli avec humanité, ait pu être expulsé en Afghanistan où sa vie est en danger, la situation se dégradant de jour en jour, notamment à Kaboul.

Nous refusons d’être complices d’un meurtre et nous demandons que tout soit mis en œuvre pour organiser son retour en France.

À lire aussi >> Kaboul, l'horreur en série


Haut de page

Voir aussi

Articles récents