Chœur fragile

Une adaptation fidèle des Oiseaux d’Aristophane sous l’œil esthétique, mais n’évitant pas la banalité, de Laurent Pelly.

Gilles Costaz  • 7 juin 2017 abonné·es
Chœur fragile
© photo : POLO GARAT

Monter Les Oiseaux d’Aristophane n’est pas une affaire simple. La pièce est très liée à l’actualité et aux croyances du Ve siècle avant Jésus-Christ. Jean-Louis Barrault et Alfredo Arias y ont laissé quelques plumes lorsqu’ils s’en sont emparés. Laurent Pelly, qui a

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 2 minutes