Comment le gouvernement veut nous vendre à la finance

À New York, Bruno Le Maire a garanti aux milieux d'affaires américains que le droit du travail français s'accorderait désormais à leurs intérêts.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Alors que Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, tentait encore hier, dans une laborieuse conférence de presse, de convaincre que la simplification radicale du code du travail ne nuirait en rien aux intérêts des salariés, c’est un tout autre discours qu’entonnait Bruno Le Maire. En déplacement auprès du gotha de Wall Street, le ministre de l’Économie a très crûment expliqué les raisons de sa visite dans le temple mondial de la finance.

Il s’agit d’« arracher des décisions aux institutions financières américaines et leur dire “vous êtes les bienvenues en France” ». Avec un argument que notre ministre VRP a cyniquement exposé :

Je vais leur dire “voilà, la France a changé, elle vous accueille, [...] n'ayez plus d'inquiétudes sur le droit du travail français, [...] n'ayez plus d'inquiétudes sur l'instabilité fiscale française”.

Voilà qui éclaire la nature des ordonnances que le gouvernement s’apprête à prendre cet été. D’autant que les représentants des milieux d’affaires américains que Bruno Le Maire avait prévu de rencontrer n’ont rien de philanthropes. Il devait avoir un entretien avec Larry Fink, le PDG de BlackRock, fonds présent au capital de nombreux grands groupes américains (McDonald's, Apple...) et étrangers (BNP Paribas...). Avant de prendre part à un dîner organisé sur le thème de l’« attractivité de la France » avec Kenneth Jacobs, le patron de la banque Lazard, et le financier américain John Paulson, dont le fonds du même nom est au capital de différentes entreprises. Ce dernier fait partie d'une catégorie d'investisseurs baptisés « activistes » – ce qui sonne mieux que « prédateurs » – pour avoir bousculé les traditions dans les conseils d'administration et fait de la rémunération des actionnaires la priorité des entreprises.

Une priorité qui s’accorde très mal avec l’intérêt des salariés.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents