Fallait pas pavoiser

Quand Plantu amalgame Mélenchon et Le Pen, c’est toujours une vilenie, mais ça ne me fait plus le même effet qu’avant.

Il y a quelques années – en 2011 –, le consternant dessinateur Jean Plantureux, dit Plantu, avait confectionné, pour l’hebdomadaire L’Express (droite), et pour dénoncer, avec sa coutumière subtilité, ce qu’il appelait « l’ascension des néopopulismes », une pleine page bien de son temps, où Jean-Luc Mélenchon (JLM) était représenté sous l’aspect d’une espèce de clone de Marine Le Pen (ou peut-être était-ce l’inverse). J’avais trouvé ça complètement dégueulasse – je crois qu’on s’en était d’ailleurs parlé ici.

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Réinventer les possibles

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents