Magnum : Tirages de noblesse

La Galerie Le Bal, à Paris, présente un ensemble des travaux inédits de la très réputée agence Magnum, qui fête cette année ses 70 ans.

Le décret est tombé pile le jour du second tour de l’élection présidentielle, le 7 mai : il fixe la rémunération minimum des photographes. Pour « un temps minimum d’exécution de cinq heures », le montant de la commande est fixé à 60 euros. De quoi précariser un peu plus une profession qui a déjà enregistré une baisse du nombre de ses photoreporters pigistes (de 1 458 en 2000 à 761 en 2015, selon le Syndicat national des journalistes). C’est contre cette précarisation que s’est fondée l’agence Magnum, voilà tout juste soixante-dix ans, en 1947.

Dans ce lendemain de guerre, en quête de travail, David Seymour, Henri Cartier-Bresson, Robert Capa et George Rodger créent donc une coopérative indépendante, détenue par ses membres photographes à parts égales. Pour cette petite bande de baroudeurs et frondeurs, il s’agit de préserver son travail, de faire reconnaître le droit d’auteur, d’être propriétaire de ses négatifs, de faire savoir qu’ils ne sont pas de simples prestataires soumis à la presse. Face à l’information, c’est un pôle résistance au commerce, au marché. Il s’agit encore d’encourager les démarches personnelles sur un lieu, un thème, sur un temps plus ou moins long, en toute liberté.

Il reste 79% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents