Mélenchon sur les ruines de la gauche

La France insoumise voit sa stratégie confortée et se retrouve première opposition à gauche. Mais les mélenchonistes risquent d’être bien seuls en leur royaume.

Pauline Graulle  • 14 juin 2017 abonné·es
Mélenchon sur les ruines de la gauche
© photo : Anne-Christine POUJOULAT/AFP

Dimanche, la social-démocratie à la française est morte. Temporairement, du moins. Les frondeurs socialistes : laminés. Les écolos : laminés. Les communistes : réduits à la portion congrue. Même la gauche radicale de La France insoumise a quasiment divisé son score par deux par rapport à la présidentielle, dégringolant à 11 % des voix au plan national. L’effet (entre autres) d’une faible mobilisation des classes populaires.

Mélenchon, pourtant, était aux anges : « La France insoumise, sans tambouille, ni combine, ni arrangement, a mis en première ligne toute une série de candidatures totalement nouvelles », se félicitait-il, en duplex de la cité phocéenne, où il venait d’apprendre qu’il était au second tour dans la 4e circonscription. Au même moment, dans un saisissant contraste, Pierre Laurent, leader du PCF, publiait un communiqué lugubre, estimant que « la division des forces de gauche se paye très cher ».

Mélenchon qui rit, Laurent qui pleure. Dimanche, deux gauches aux antipodes se faisaient face après le premier tour des législatives. Avec un avantage certain de la gauche « dégagiste » sur la gauche

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Sur la guerre en Ukraine, les gauches n’arrivent (encore) pas à s’unir
Politique 1 mars 2024

Sur la guerre en Ukraine, les gauches n’arrivent (encore) pas à s’unir

Socialistes et écologistes veulent que la France soutienne davantage militairement l’armée ukrainienne. Insoumis et communistes plaident pour la voie diplomatique. Tous n’hésitent pas à jouer l’affrontement en ce début de campagne des européennes.
Par Lucas Sarafian
Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian