Paul Quilès : « La bombe reste un dogme religieux en France »

L’évolution du monde depuis cinquante ans semble n’avoir aucune prise sur la doctrine française de dissuasion nucléaire, déplore Paul Quilès, qui milite pour son abandon.

Patrick Piro  • 14 juin 2017 abonné·es
Paul Quilès : « La bombe reste un dogme religieux en France »
© photo : Michel Euler/AFP

On peut être patriote et pacifiste sans être « bêlant », clame Paul Quilès. Il fait partie, avec le général Bernard Norlain, notamment, des rares moutons noirs ayant assumé de hautes fonctions dans le secteur de la Défense nationale et qui sont cependant opposés à la bombe. Il publie régulièrement sur le sujet (paul.quiles.over-blog.com) et guette les premiers pas d’Emmanuel Macron dans le domaine de l’arme nucléaire.

En dépit de votre parcours et de votre notoriété, votre activisme en faveur d’un désarmement nucléaire semble inaudible. Comment l’expliquez-vous ?

Paul Quilès : En effet, ça n’intéresse personne en France ! Je suis certes régulièrement invité à m’exprimer à diverses tribunes, mais la question ne sort pas d’un cercle fermé de spécialistes et de militants. L’unique débat national sur l’arme nucléaire date de 1995, alors que Jacques Chirac voulait relancer une campagne d’essais sur la bombe dans le Pacifique, ce qui avait créé une très forte émotion à travers le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 5 minutes

Pour aller plus loin…