Theresa May aux abois

Le départ de la Première ministre, très affaiblie, n'est plus exclus.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


« La question n’est pas de savoir si elle part, mais quand. » C’est, d’après le très conservateur Telegraph, ce qu’on chuchote ces jours-ci dans les couloirs de la Chambre des Communes. Alors que la Première ministre, Theresa May, gravement affaiblie par la perte de sa majorité aux élections du 8 juin, entamait lundi 19 juin les négociations sur le Brexit, elle a affronté la colère populaire après son manque d’empathie évident envers les victimes de l’incendie de la tour Grenfell, abritant des logements sociaux. Ce qui a encore augmenté le pourcentage d’opinions favorables envers Jeremy Corbyn, qui dépasse aujourd’hui 46 %…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents