« 120 Battements par minute », de Robin Campillo : Une histoire vivante

La réussite de 120 Battements par minute, de Robin Campillo, est à la fois éthique et esthétique.

« Jamais je n’aurais pensé qu’en créant Act Up Paris, en 1989, un film serait projeté un jour à Cannes. » Ainsi s’exprimait sur Twitter Didier Lestrade, cofondateur d’Act Up, le 20 mai dernier, au sortir de la projection officielle de 120 Battements par minute, le film de Robin Campillo qui a décroché le Grand Prix au palmarès. Comment imaginer, en effet, que ce que l’on accomplit dans le présent, tendu par l’énergie et sans recul, puisse devenir « historique » ? Mais, dès lors, quelle responsabilité pour ceux qui ont l’audace d’en faire la matière première d’un film, d’une œuvre d’art !

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents