Confiance au gouvernement : qui a voté quoi ?

Signe supplémentaire des reclassements politiques en cours, tous les groupes non membres de la majorité se sont divisés, à l’exception de La France insoumise.

Michel Soudais  • 4 juillet 2017
Partager :
Confiance au gouvernement : qui a voté quoi ?
© Photo : Martin BUREAU / AFP

Sans surprise, le gouvernement d’Édouard Philippe a obtenu mardi une large confiance de l’Assemblée nationale, avec 370 voix pour, 67 contre et 129 abstentions, selon les résultats annoncés par François de Rugy. C’est la plus forte majorité obtenue sur un tel vote depuis la période 1993-1997, où Édouard Balladur, puis Alain Juppé, avaient bénéficié d’une majorité supérieure à 450 sièges. Et c’est aussi le plus faible nombre de votes contre sur un discours de politique générale depuis 1959, en raison d’un record d’abstentions.

Ce vote consécutif à la déclaration de politique générale du Premier ministre était attendu. Après le profond renouvellement de l’Assemblée, il allait permettre de clarifier la position individuelle des députés, laquelle en cette période de décomposition et de reclassement politiques peut différer du groupe dans lequel ils siègent. Et donc savoir si par rapport à l’orientation nettement à droite du gouvernement, ils se situent dans la majorité (vote pour), « le marais » (abstention) ou l’opposition (vote contre).

L’analyse détaillée du scrutin est éclairante.

Si les 305 députés présents de La République en marche et leurs 46 collègues du MoDem ont unanimement voté la confiance, avec 12 des 23 élus du groupe « Les Constructifs : républicains, UDI, indépendants », ils ont été rejoints par 1 député Les Républicains de Mayotte (Mansour Kamardine), 3 députés PS (Guillaume Garot, David Habib et Hélène Vainqueur-Christophe) et les 3 élus du PRG (Jeanine Dubié, Olivier Falorni et Sylvia Pinel).

La plus grosse surprise est venue de la droite : les trois quarts – 75 députés – des 100 députés du principal groupe dit « d’opposition », Les Républicains, se sont abstenus, marquant ainsi une demi-approbation de la politique annoncée. C’était aussi la position officielle du groupe Nouvelle Gauche, qui regroupe les députés socialistes ; 23 de ses 31 élus ont ainsi choisi de rester dans une semi-opposition. Comme leurs 23 collègues de droite du groupe « Les Constructifs », 4 des 5 ultramarins qui siègent dans le groupe GDR présidé par le communiste André Chassaigne, et les 3 régionalistes corses (non inscrits).

Comme l’avait annoncé Jean-Luc Mélenchon à la tribune en portant la réplique à Édouard Philippe, la France insoumise (LFI), avec ses 17 membres, a été le seul groupe à voter unanimement contre. Ils ont été rejoints par les 11 députés communistes et un ultramarin du groupe GDR, et 5 élus socialistes (Joël Aviragnet, Luc Carvounas, Alain David, Régis Juanico et Boris Vallaud). Les autres « contre » se recrutent chez Les Républicains (23) et à l’extrême droite (10).

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks
Réseaux 30 mai 2024 abonné·es

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks

Depuis sa création en 1981, l’Atlas Network cherche à imposer des idées politiques conservatrices et économiques libertariennes. Un réseau auquel la France est aujourd’hui loin d’être imperméable.
Par Tristan Dereuddre
Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet
Parlement 29 mai 2024 abonné·es

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet

Après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’Hémicycle, le député LFI Sébastien Delogu a été suspendu pour 15 jours, la peine maximale pour un député. La présidente de l’Assemblée est coutumière de ce type de traitement partial, dénoncé par l’ensemble de la gauche.
Par Tristan Dereuddre
« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »
Élections européennes 29 mai 2024 abonné·es

« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »

Aurore Lalucq, eurodéputée en 4e position sur la liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann, défend la pertinence de l’échelon européen face à la Russie et à la Chine. Et met en avant des propositions qui pourraient convaincre les classes populaires.
Par Lucas Sarafian
Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage
Analyse 29 mai 2024 abonné·es

Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage

En un septennat, le chef de l’État et ses soutiens n’ont cessé de trahir le pacte républicain sur lequel Emmanuel Macron s’était engagé en 2017. Tout en installant un face-à-face permanent et dangereux avec Marine Le Pen et le Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian