Fin d’une illusion…

Il n’aura pas fallu trois mois pour que l’illusion se dissipe. Et voilà : Emmanuel Macron est banalement de droite. La belle découverte !

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À force de répéter à longueur de colonnes que tout est nouveau dans notre paysage politique, les commentateurs avaient fini par le croire. Ils en avaient perdu de vue l’essentiel. C’est-à-dire, précisément, ce qui n’a pas changé. Car, Macron ou pas Macron, la politique est toujours affaire de répartition des richesses et de conflictualité sociale. On ne peut pas raconter longtemps des histoires aux gens que l’on appauvrit. Une habile communication avait fait tourner la tête de beaucoup d’habitués des plateaux de télévision. Le magicien de l’Élysée avait réussi, nous disait-on, à dépasser le clivage gauche-droite. Il devait beaucoup, il est vrai, au ralliement ventre à terre des « réputés » de gauche, issus de l’ancienne majorité.

Mais, il n’aura pas fallu trois mois pour que l’illusion se dissipe. Et voilà : Emmanuel Macron est banalement de droite. La belle découverte ! L’affaire de la diminution des aides au logement a dégrisé les esprits. Notre président « ni de droite ni de gauche » est allé prendre dans la poche de nos concitoyens qui vivent sous le seuil de pauvreté, tandis qu’il exonère de l’impôt sur la fortune les actionnaires et les rentiers de la finance. Aucun de ses prédécesseurs ne s’était à ce point caricaturé. D’autant que, quelques jours auparavant, il avait annoncé le gel du point d’indice des fonctionnaires et la hausse de la CSG. Résultat : une chute dans les sondages plus rapide que pour son prédécesseur dans le même laps de temps. Cette « hollandisation » précoce est un mauvais présage. D’autant qu’il a devant lui la réforme du code du travail, grande affaire de la rentrée.

Que les analystes politiques soient déniaisés (quand ils n’étaient pas complices) ne change hélas rien au rapport de force. Car, d’un point de vue institutionnel, rien n’empêche à présent l’exécutif d’agir à sa guise. C’est le paradoxe et l’absurdité de notre République : après huit mois d’intenses débats, d’arguments et de contre-arguments distillés jusqu’à saturation, les Français n’ont plus voix au chapitre. Ils ont voté, et cela vaut blanc-seing pour cinq ans. Cette situation est illustrée par le fonctionnement du groupe majoritaire à l’Assemblée. Les députés de cette « France très soumise » ont été invités à faire, par écrit, vœu de silence et d’obéissance. C’est promis, et pour ainsi dire contractualisé, ils voteront tout sans barguigner. Ils ne déposeront pas d’amendements. Même les états d’âme leur sont fortement déconseillés. Pas de contact improvisé avec la presse. Ils ne s’appartiennent plus, ni à eux ni à leurs électeurs. Si l’expression « députés godillots » n’existait pas depuis la majorité gaulliste des années 1960, il faudrait l’inventer.

Mais la discipline qui cimente le groupe de La République en marche est d’une autre nature. Il y avait bien sûr quelque chose de militaire au temps du général. Et loin de moi l’envie d’en faire l’éloge aujourd’hui. Mais nous avons affaire ici à un projet très nouveau dans la politique française : une mainmise du privé sur la chose publique. C’est un peu la directive « secret des affaires » étendue à la politique. Le groupe dévoué à Emmanuel Macron fonctionnera comme un conseil d’administration. Si bien que le système Macron, l’air de rien, finirait par ressembler à une sorte d’idéal libéral dont rêvaient les idéologues du Mont-Pèlerin [1]. Puisqu’il s’agit de mener une politique au profit des grandes entreprises et de la finance, pourquoi ne pas emprunter les mœurs et l’opacité des milieux d’affaires ?

Cette faible culture démocratique fait évidemment problème. La politique n’est pas faite pour être privatisée. Faut-il alors se résigner à compter les coups qui vont être portés aux salariés ? Non, bien sûr.

Car il y a fort à parier que rien ne se passera comme les conseillers d’Emmanuel Macron le voudraient. Si les lieux institutionnels sont verrouillés, les espaces délibératifs vont nécessairement se déplacer. On verra sans doute de plus en plus fréquemment les députés France insoumise, communistes et peut-être même de la Nouvelle Gauche, porte-voix en mains, au cœur des manifestations. La jonction avec le mouvement social sera impérative pour tout élu de gauche qui veut exister. On peut aussi imaginer que les élus de La République en marche finiront par oublier leurs vœux d’abstinence démocratique. Ce sera évidemment affaire de climat politique dans le pays. Ce qui est sûr, c’est que les enjeux de l’automne 2017 seront considérables. Non seulement en raison de la gravité de l’offensive contre le code du travail, mais aussi parce qu’il s’agira de défendre une certaine idée de la démocratie.

[1] Société fondée en 1947, notamment par l’économiste Friedrich Hayek, inspiratrice de toutes les politiques ultralibérales.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents