Gestion de l’eau : Avignon boit la tasse

Le président LR de la Communauté d’agglomération du Grand Avignon veut prolonger la délégation de service public à Véolia, contre les élus de la ville.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En dépit des turpitudes de Veolia, l’actuel délégataire de service (voir Politis n° 1445), Jean-Marc Roubaud, président LR de la Communauté d’agglomération du Grand Avignon, a obtenu de son conseil une décision de principe quant à la distribution et l’assainissement de l’eau. Ceux-ci continueront d’être confiées au privé pour les dix ans à venir, et ce par 35 voix contre 23 – lesquelles souhaitaient un retour en régie publique –, dont les élus de la ville. 

La maire, Cécile Helle, rappelle, au micro de France Bleu Vaucluse, que de nombreuses villes ont fait le pas sans problème, dénonçant un « manque de volonté politique » dans cette délibération votée « avec les voix des élus FN ». Mais Jean-Marc Roubaud, sur la même antenne, « ne croit pas » les collectivités locales armées pour cette mission, « ne veut pas faire courir le moindre risque » à ses concitoyens, ni à son administration, car la régie publique serait « la voie de l’aventure »

« Contre-vérités, arguments lamentables, capitulation devant les grands groupes ! », s’étrangle Marcelle Landau, présidente du Collectif citoyen de l’eau du Grand Avignon, qui défend la régie et n’entend pas renoncer. « C’est la meilleure solution, prix et qualité. Le personnel de Veolia serait repris, et le budget serait autonome, alimenté par les factures. »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents