Les meurtres des militants écologistes de plus en plus nombreux dans le monde

Une association britannique répertorie depuis quelques années le nombre grandissant de défenseurs de l'environnement assassinés sur la planète.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Au cours de l’année 2016, l’association britannique Global Witness a enregistré l’assassinat de plus de 200 militants de l’environnement et de la défense des droits de la terre des paysans et des peuples indigènes. Souvent les mêmes. Un décompte qui s’alourdit encore si l’on prend aussi en considération tous ceux qui sont blessés et les familles persécutées et expulsées, dont les maisons sont brulées ou saccagées.

Ce bilan est le plus lourd depuis que ce groupe a commencé en 2012 à répertorier les meurtres de ceux qui tentent de s’opposer aux saccages de l’environnement et aux expropriations illégales des meilleures terres ou à l’installation des grandes compagnies minières ou pétrolières. Un nombre grandissant des exactions est lié aux combats contre la déforestation ou l’installation des sociétés agricoles nationales ou internationales sur les terres ou vivent traditionnellement les peuples premiers qui ne possèdent aucun document comme preuves de leurs droits ancestraux.

Le Brésil très touché

En ce qui concerne les militants de la cause environnementale, l’association a documenté des meurtres dans 24 pays au cours de l’année dernière contre 16 pays en 2015. C’est le Brésil qui a été le plus touché avec 49 morts. Ben Leather, l’un des responsables de ce macabre décompte, estime que le redoublement de cette violence, au Brésil et ailleurs, est lié au fait que ces assassinats restent impunis : « Cette réalité envoie aux groupes meurtriers le message qu’ils peuvent réduire au silence des opposants et rester ensuite libres de recommencer. »

Prés de 40 % des victimes sont des membres de communautés indigènes, notamment dans les zones forestières qui sont gérées collectivement par elles. Alors que le rôle essentiel de ces communautés est un facteur important dans la lutte climatique car elles s’opposent aux défrichements sauvages et massifs. Quand elles échouent et doivent céder tout ou partie de leurs terres face à la violence, quand leurs familles sont expulsées ou exilées, les arbres locaux et les écosystèmes régionaux disparaissent rapidement, remplacés par des cultures industrielles.

Les assassins des compagnies minières

Dans son bilan, l’association anglaise relève aussi que 33 militants s’opposant à des compagnies minières ont été assassinés et que 23 autres contestant les abattages d’arbres ont été tués en 2016. Le pays qui bat tous les records en Amérique latine, compte tenu de sa petite population a été le Nicaragua avec 11 meurtres. Des chiffres d’autant plus inquiétants que beaucoup de pays africains et asiatiques ne sont pas étudiés l’association anglaise.

D’ailleurs, selon les constatations de Global Witness, les pays développés n’échappent pas à cette violence, même si elle revêt d’autres formes puisque les militants qui contestent les destructions de leur environnement sont l’objet de répressions politiques ou de poursuites judiciaires. Notamment aux États-Unis depuis la mise en place de l’administration de Donald Trump : « Globalement, explique le rapport, les gouvernements occidentaux et leurs milieux d’affaires faillissent à leur devoir de protection des militants. »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents