Migrants : L’Italie demande de l’aide. En vain…

Le 2 juillet, l’Italie a menacé de fermer ses ports aux navires recueillant les migrants.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Plus de 85 000 depuis le 1er janvier (+ 19 % par rapport à l’an dernier), un demi-million depuis trois ans. C’est le nombre de migrants qu’a dû accueillir l’Italie – disposant d’à peine 200 000 places d’hébergement d’urgence. En septembre 2015, l’Union européenne s’était engagée à « répartir l’effort d’accueil des migrants ». Mais le « Plan de relocalisation des migrants » n’a pas été suivi d’effets. Seuls 13 500 ont été « relocalisés » ailleurs dans l’UE, dont 2 100 pour la France, qui s’était pourtant engagée à en accueillir 24 000. 

Le 2 juillet, l’Italie a menacé de fermer ses ports aux navires recueillant les migrants. Une menace qui a entraîné une réunion des ministres de l’Intérieur européens. Sans grande décision in fine. Il y a quelques jours, les journaux italiens, soulignant qu’il n’y avait rien à attendre de Paris, titraient sur la déclaration d’Emmanuel Macron : « 80 % des migrants accueillis en ­Italie sont des migrants économiques », n’ayant donc pas vocation à obtenir l’asile. Des propos mot pour mot semblables à ceux de la xénophobe Ligue du Nord, alliée au FN au Parlement européen…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents