Quel pragmatisme climatique  ?

Hulot entretient l’illusion d’une transition fondée sur la technologie.

Geneviève Azam  • 13 juillet 2017 abonné·es
Quel pragmatisme climatique  ?
© photo : ALAIN JOCARD / AFP

L’expérience du réchauffement climatique après le mois de juin 2017 fortifie les attentes pour des réglementations et des engagements précis, concrets, capables de stimuler les initiatives à tous les niveaux de la société.

Le dernier rapport publié par la revue Nature conforte cette attente : si les émissions de gaz à effet de serre (GES) continuent à augmenter d’ici à 2020 ou se stabilisent seulement, alors les objectifs de l’accord de Paris ne seront pas atteints. Selon l’étude, le « budget carbone » qu’il ne faudrait pas dépasser est de 150 milliards à 1 050 milliards de tonnes (Gt) de CO2 pour contenir la hausse moyenne de température entre 1,5 °C et 2 °C d’ici à 2100. Si les émissions restent au niveau actuel de 39 Gt par an, le budget carbone minimum sera donc quasi dépensé en trois ans ! Pour un réchauffement compris entre 1,5 °C et 2 °C, il resterait 600 Gt, consommées en quinze ans seulement, si rien ne change !

Le plan climat de Nicolas Hulot propose de nombreuses orientations, toutes nécessaires, notamment l’abandon progressif des énergies fossiles, la réduction de la part du nucléaire, l’efficacité énergétique, la fiscalité, la priorité aux transports du quotidien, la précarité énergétique et la rénovation des bâtiments. Mais quels sont les engagements concrets ? C’est là que le bât blesse.

En faisant l’impasse sur la taxe sur les transactions financières européennes, le plan Hulot se prive de la part des 22 milliards de recettes estimées qui aurait pu y être affectée. De surcroît, ladite taxe sur les transactions financières françaises est dans le collimateur d’Édouard Philippe, qui veut attirer la finance post-Brexit.

En ne mentionnant pas l’impératif de sobriété pour atteindre les objectifs de transition énergétique et de diminution des GES, Hulot entretient l’illusion d’une transition par simple substitution technologique. En ne précisant ni le nombre ni l’identité des réacteurs nucléaires à arrêter d’ici à 2025 pour passer à 50 % de nucléaire dans le mix électrique, il hypothèque gravement la reconversion des salariés et le processus de fermeture. Quant aux futurs « contrats de transition écologique », qui devraient trouver une première application pour la fermeture des centrales à charbon d’ici à 2022 et assurer une sécurité aux salariés, quel sera leur devenir dans le contexte de la loi travail ?

Le remplacement des objectifs chiffrés de réduction des GES à l’horizon 2050 par un objectif de neutralité carbone (équilibre entre les émissions et la capture des GES) incite aux mécanismes de compensation par les techniques controversées de capture et stockage du carbone et par les marchés carbone. La comptabilisation des « puits de carbone » à partir de l’utilisation des terres, actuellement promue par la France au niveau de l’Union européenne, est une échappatoire permettant la compensation au détriment de la réduction des émissions.

Enfin, Emmanuel Macron a annoncé la tenue d’un sommet climat à Paris fin 2017, au cours du G20 qui a par ailleurs avalisé l’expansion des énergies fossiles par les États-Unis. Il vide encore plus de son contenu la COP 23, organisée à Bonn en novembre 2017 dans le cadre des Nations unies.

Chaque semaine, nous donnons la parole à des économistes hétérodoxes dont nous partageons les constats… et les combats. Parce que, croyez-le ou non, d’autres politiques économiques sont possibles.

Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro
Gauche divisée, un danger pour l’Europe
Chronique 21 mai 2024

Gauche divisée, un danger pour l’Europe

La menace plane de l’élection d’une majorité de droite et d’extrême droite au Parlement européen. Face à elle, à défaut de liste unique, les partis de gauche doivent s’entendre sur des combats communs prioritaires.
Par Dominique Plihon