EELV en chantier

Encore sous le choc d’une séquence politique qui les laisse exsangues, les écologistes veulent croire que leur destin politique est toujours devant eux.

Ouf, aucune critique sur la nourriture, sourit Marine Tondelier, qui lance à la tribune un appel aux bénévoles pour l’épluchage des pommes de terre. Malo-les-bains – « la plus belle plage du Nord » – s’étale sous le soleil au pied du Kursaal, le palais des congrès. « Super ambiance ! » En termes badins, la responsable des Journées d’été au bureau exécutif d’Europe écologie-Les Verts (EELV) en dit aussi long que le discours du secrétaire national sur l’état des troupes réunies à Dunkerque du 24 au 26 août : entre apathie, crise financière et méthode Coué. Les dirigeants redoutaient la débandade – 250 participants –, il en est venu trois fois plus.

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents