La France insoumise veut prendre la tête du cortège

La rentrée sociale est un enjeu crucial pour la France insoumise. Elle va déterminer durablement sa place dans l’opposition au gouvernement, acter son réel poids populaire et influer sur la nature de son organisation.

Nadia Sweeny  • 30 août 2017 abonné·es
La France insoumise veut prendre la tête du cortège
© photo : Georges ROBERT/Citizenside/AFP

Contre « le coup d’État social », « assez de bavardages, du combat ! », a clamé Jean-Luc Mélenchon sous le soleil marseillais ce 27 août. « La meilleure forteresse des tyrans est l’inertie des peuples, alors battez-vous ! », a sommé le député local à la foule. Au cœur du vieux quartier marseillais du Panier, les insoumis ont accueilli avec enthousiasme ce message clôturant trois jours particulièrement denses. Le mouvement, né en février 2016, organisait sa première université d’été : les « Amfis ». Du 24 au 27 août, entre les vieux bâtiments de l’université d’Aix-Marseille, 3 000 insoumis venus des quatre coins de la France ont déambulé des barnums aux amphithéâtres universitaires, en quête de rencontres militantes, d’émulsions intellectuelles et de débats. Sur une chanson

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 8 minutes