« Les Fils conducteurs », de Guillaume Poix : Cimetière du progrès

Guillaume Poix aborde les rapports Afrique-Occident à travers la décharge électronique de la banlieue d’Accra. Un premier roman remarquable.

Anaïs Heluin  • 30 août 2017 abonné·es
« Les Fils conducteurs », de Guillaume Poix : Cimetière du progrès
© photo : Francesca Mantovani

« Agbogbloshie ». Un nom difficilement prononçable pour une réalité pénible à formuler : celle d’une des plus grandes décharges de résidus électroniques de la planète. Un marché de plus de dix kilomètres carrés situé dans la banlieue d’Accra, où s’entassent des millions

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 3 minutes