« Taba-Taba », de Patrick Deville : Une famille dans le monde

En dépliant son histoire familiale sur quatre générations, Patrick Deville signe avec Taba-Taba un roman global, érudit et passionnant.

Alexandre Yersin, le découvreur du bacille de la peste, Trotski, Malcolm Lowry… Patrick Deville a pris pour figures principales de ses derniers livres – Peste & Choléra, Viva [1] – des personnages qui ont laissé une marque dans l’histoire. Même si le fil de ses récits croise aussi des anonymes, découverts dans des textes ou réellement rencontrés par l’auteur, qui y mêle en outre des éléments personnels. Voici que Taba-Taba est l’exact inverse de ce qui précède. Non seulement les héros de ce nouvel opus sont des gens qui ont été ballottés par les événements, et par « les dieux marionnettistes », mais tous sont liés de près à Patrick Deville : l’écrivain publie là en effet son roman familial.

Un projet dont la réalisation s’appuie sur un trésor : une immense somme d’archives que sa tante Simonne, dite Monne, a constituée tout au long de sa vie, et qui est revenue à l’auteur quand celle-ci est décédée, à 90 ans. Elle gardait tout – lettres, journaux, factures… y compris ce qui lui était parvenu de ses grands-parents, nés autour de 1860. Une aubaine autant qu’un fardeau, au sens premier du terme, l’auteur, peu sédentaire, se déplaçant souvent avec de lourdes valises pleines de ces archives longues à explorer.

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents