Front social : rassembler pour enfin régner

Syndicalistes ou membres d’associations, les initiateurs de cet « ovni » veulent mobiliser au-delà des étiquettes et des appareils.

S ’unir pour ne plus subir. Bloquer pour tout gagner. » C’est derrière ce mot d’ordre aux accents révolutionnaires que le cortège du Front social a défilé le 12 septembre. Cet ovni de la mobilisation, né du mouvement contre la loi El Khomri, symbolise un idéal maintes fois revendiqué : la convergence des luttes. Dans le cortège, la multiplicité des revendications est visible par la variété des pancartes et bannières : le manque de moyens dans l’éducation, les conditions de travail des livreurs Deliveroo ou encore les salaires des travailleurs sociaux. « Un succès », se félicite Romain Altmann, membre de la CGT-Info’com, une des figures du collectif. Le lendemain de la manifestation, le Front social a tenu un meeting dans une salle de la Bourse du travail, à Paris. Coordination, collectif, intersyndicale ? Il est encore difficile de qualifier ce regroupement des forces de contestation, mais son objectif est clair : rassembler au-delà des étiquettes et, surtout, des directions syndicales.

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents