GM&S : vives tensions à La Souterraine

Les salariés de l'équipementier automobile creusois, dont 156 emplois sur 276 devraient être supprimés, maintiennent la pression sur le repreneur et les pouvoirs publics.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Alain Martineau, PDG du groupe GMD, repreneur de l'équipementier automobile creusois GM&S a menacé aujourd’hui d’annuler cette reprise, jugeant que « le site de La Souterraine est bloqué depuis une semaine et demie par des salariés ». De son côté, le responsable des ressources humaines, Sébastien Blanchon, n’a pas apporté hier lundi les réponses attendues des ouvriers sur l’avenir de la tôlerie et sur les licenciements. De fait, il a été prié de quitter les lieux. « Des salariés ont envahi son bureau lundi et lui ont laissé entendre que sa sécurité n'était plus assurée, qu'il ferait bien de partir, ce qui est quand même déstabilisant », a déclaré Alain Martineau à l'AFP.

« Si les salariés repris ne reprennent pas le travail, a poursuivi M. Martineau, ou si la reprise de l'activité est impossible du fait du blocage du site ou de son occupation par des salariés non repris, nous serions amenés à demander au tribunal la résiliation du jugement. » Le patron de GMD, se donne « jusqu'à jeudi matin » pour décider.

Mais avant, conscients du chantage exercé, les salariés ont d’ores et déjà lancé un appel à tous les élus, quels qu’ils soient, pour un grand rassemblement sur le site, demain mercredi à 17 heures. Cet après-midi déjà, les salariés ont décidé de s'installer dans la mairie de La Souterraine pour interroger le maire sur l'accompagnement des licenciés, suite à la réception, ce matin, des premières lettres de licenciement :


Haut de page

Voir aussi

Articles récents