Mobilisations : En attendant l’unité syndicale

Lundi, les routiers grévistes ont été confrontés à des forces de police dissuasives, mais les opérations escargot et barrages filtrants ont été reconduits.

Erwan Manac'h  • 27 septembre 2017 abonné·es
Mobilisations : En attendant l’unité syndicale
© photo : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

Lundi, à l’aube, les routiers en grève ont été confrontés à des forces de police fortement dissuasives. Elles « avaient visiblement des consignes. Nous avons subi des intimidations, les numéros des plaques minéralogiques ont été relevés et des camions-grues étaient prêts à tracter nos véhicules au cas où nous n’aurions pas voulu bouger », témoigne Jérôme Vérité, secrétaire général de la CGT Transports. Une répression qui a entraîné la levée de la quarantaine de points de blocage observés en France.

Les opérations escargot et barrages filtrants ont cependant été reconduits mardi, à l’appel de la CGT et de FO, qui a par ailleurs essuyé le désaveu de son secrétaire général, Jean-Claude Mailly. Ils devaient se répéter au moins jusqu’à ce jeudi, date d’une réunion avec le patronat du secteur et le gouvernement, autour des revendications des chauffeurs : lutte contre le dumping social, que les ordonnances sur le travail devraient accélérer, et hausse des salaires, notamment.

Dans le reste du paysage syndical, le mouvement contre la loi travail 2 n’a pas encore trouvé son second souffle, après deux semaines de mobilisation en demi-teinte. La CFE-CGC a pris la plume, mardi matin, pour haranguer ses confrères, confirmant un certain durcissement depuis la loi travail de 2016. Le syndicat des cadres « appelle à un mouvement unitaire et invite l’ensemble des centrales syndicales à réagir selon des modalités dont elles définiront ensemble la nature et la date ». À l’heure de notre bouclage, la CGT n’a prévu aucune journée de mobilisation. Et la France insoumise, qui a conclu sa manifestation du 23 septembre sur un satisfecit, souhaite laisser l’initiative aux syndicats.

Le Front social, collectif interprofessionnel émanant du mouvement de l’an dernier, propose de faire de la journée de grève de la fonction publique, le 10 octobre, une mobilisation beaucoup plus large. « Les militants se parlent quotidiennement sur le terrain, il faut que cette unité prenne un cadre national », espère Laurent Dégousée, de SUD-­Commerces et du Front social. L’unité est, en tout cas, acquise entre les syndicats de la fonction publique, y compris entre les « réformistes » (CFDT, CFTC, FO et Unsa). Une journée d’action est également prévue pour les retraites le 28 septembre, à laquelle les étudiants de « l’assemblée interfac » parisienne se joindront. Leur mobilisation pourrait s’avérer cruciale pour relancer le mouvement.

Politique Travail
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Le boulanger syndicaliste, réintégré par le conseil des prud’hommes… puis re-mis à pied
Récit 24 mai 2024 abonné·es

Le boulanger syndicaliste, réintégré par le conseil des prud’hommes… puis re-mis à pied

Après avoir été licencié contre la décision de l’inspection du travail, Christian Porta, délégué syndical CGT de Neuhauser, une boulangerie industrielle, a obtenu, ce vendredi, sa réintégration. Dans la foulée, la direction de l’entreprise a annoncé entamer une nouvelle procédure de licenciement.
Par Pierre Jequier-Zalc
Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro