Mobilisations : En attendant l’unité syndicale

Lundi, les routiers grévistes ont été confrontés à des forces de police dissuasives, mais les opérations escargot et barrages filtrants ont été reconduits.

Lundi, à l’aube, les routiers en grève ont été confrontés à des forces de police fortement dissuasives. Elles « avaient visiblement des consignes. Nous avons subi des intimidations, les numéros des plaques minéralogiques ont été relevés et des camions-grues étaient prêts à tracter nos véhicules au cas où nous n’aurions pas voulu bouger », témoigne Jérôme Vérité, secrétaire général de la CGT Transports. Une répression qui a entraîné la levée de la quarantaine de points de blocage observés en France. Les opérations escargot et barrages filtrants ont cependant été reconduits mardi, à l’appel de la CGT et de FO, qui a par ailleurs essuyé le désaveu de son secrétaire général, Jean-Claude Mailly. Ils devaient se répéter au moins jusqu’à ce jeudi, date d’une réunion avec le patronat du secteur et le gouvernement, autour des revendications des chauffeurs : lutte contre le dumping social, que les ordonnances sur le travail devraient accélérer, et hausse des salaires, notamment.

Il reste 58% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents