« Bricks », de Quentin Ravelli : Ville-fantôme

Retour sur les victimes du crédit immobilier en Espagne à travers l’exemple d’une cité.

Une fabrique de briques à la chaîne. Dans le bruit infernal des machines et la poussière d’argile, l’une après l’autre, elles passent sur des rouleaux pour être taillées, retaillées et empilées sur des palettes. À peine plus loin, au milieu d’un paysage de western américain, dans une aridité découpée au scalpel, la ville de Valdeluz dresse ses avenues post-modernes, bordées d’immeubles de briques flambant neuf. Et vides. Tel est le décor choisi par le réalisateur Quentin Ravelli pour son premier film,…

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents