Frédéric Raguénès : Caméra cassée

Depuis 2012, le vidéaste militant Frédéric Raguénès filme les ZAD, les mobilisations et les violences policières. Portrait à la veille d’un nouveau procès.

Bouc et barbichette, l’œil vif, les cheveux plutôt courts. Bien campé sur ses jambes, toise raisonnable dépassant les cent quatre-vingts centimètres, Frédéric Raguénès est un presque quarantenaire aux allures décidées. Il se le doit : il prépare son procès en appel prévu le 20 octobre. En première instance, il a écopé de quatre mois ferme. Retour aux faits : durant le printemps 2016, il installe sa tente sur la place de la République pour suivre le mouvement Nuit debout, participe aux différentes…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents