« L’Assemblée », de Mariana Otero : Agoraphilie

L’Assemblée est un film en immersion, qui témoigne du besoin de démocratie dont Nuit debout a été l’expression.

Et le lendemain soir, Nuit debout était encore vivante… Voilà ce que montre d’abord L’Assemblée : les efforts déployés pour que, matériellement, ce mouvement singulier puisse continuer. Il faut chaque jour remonter les tentes, relancer l’intendance sur cette place nue de la République où, la veille, tout a dû être débarrassé. Et ce malgré les obstacles, la pluie prodigue, le vent, les CRS… Cette obstination à réoccuper la place est à la mesure de l’énergie mise à repenser des évidences, à interroger et à…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents