Marlène Schiappa : « Je prône le flagrant délit et la valeur d’exemple »

Pour Marlène Schiappa, la lutte contre les violences sexuelles et sexistes doit être menée sur les terrains législatif et institutionnel, mais aussi éducatif et culturel.

Devenue « grande cause nationale du quinquennat » le 5 octobre, dans un étonnant silence médiatique, la thématique de l’égalité femmes-hommes s’est pourtant transformée en quelques jours en l’objet politique le plus vendeur de la macronie. Et cela grâce à une coïncidence : le même jour, l’affaire Weinstein éclate, mettant la question du harcèlement sexuel à la une de la presse internationale. Désormais, il ne se passe plus une journée sans qu’on entende parler de violences sexistes, d’égalité femmes-hommes…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents