Vers une réconciliation inter-palestinienne

La visite du Premier ministre Rami Hamdallah, lundi à Gaza, semble augurer d’une réconciliation entre l’Autorité palestinienne et le Hamas.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Cette fois serait-elle la bonne ? La visite du Premier ministre Rami Hamdallah, lundi à Gaza, semble augurer d’une réconciliation entre l’Autorité palestinienne et le Hamas, maître de l’étroit territoire depuis 2007. Et le gouvernement palestinien s’est réuni mardi à Gaza. Les pressions de l’Égypte, du Qatar et, plus encore, de la population en proie à une terrible crise sociale et sanitaire consécutive au blocus israélien ont eu raison du refus de l’organisation islamiste. Il est peu probable cependant que cela fasse bouger le gouvernement d’extrême droite israélien. Tantôt, celui-ci se refuse à négocier avec des Palestiniens divisés, et tantôt, il rejette tout contact avec une Autorité palestinienne qui se lie avec un groupe « terroriste », puisque le Hamas est ainsi qualifié. Seule, donc, la pression internationale, et en premier lieu de l’Union européenne, pourrait faire bouger les lignes en exerçant une pression sur Israël.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents