« Casimir », d'Arnaud Berreby : Tragicomique atrabilaire

Avec Casimir, Arnaud Berreby propose un premier roman presque tendre et surtout désabusé.

Qu’on se souvienne : le héros de « L’île aux enfants », Casimir. C’est le costume choisi par un môme qui cherche un peu d’attention pour arriver au lycée un Mardi gras, en 1975, boudiné dans le textile. Un costume spectaculaire, à cela près que ce n’est pas le bon jour. Le ridicule ne tue pas, mais presque. Casimir, c’est aussi le prénom du narrateur (principal), baptisé ainsi par un père professeur de travaux manuels, cador du pli « vallée » et du pli « montagne » (technique de pliage de papier),…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents