Doubles standards

La crédibilité de la parole de femmes varierait en fonction de l’identité des prédateurs qu’elles dénoncent.

D’aucun(e)s ont eu, dans nos parages militants, immédiatement après que des accusations glaçantes ont été lancées par plusieurs femmes contre Tariq Ramadan, une réaction pour le moins étonnante, et à vrai dire très – très, très — incommodante : leur premier réflexe n’a pas été d’accorder toute leur attention à la parole – terrifiante – de ces plaignantes, qui affirment avoir enduré d’abominables violences sexuelles, mais de considérer qu’il y avait peut-être là une conspiration antimusulmane, et qu’il…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents