Dossier : Gauches : Chacun cherche sa voie

Gauches : Chacun cherche sa voie

L’ouragan dégagiste de la présidentielle a laissé un espace que les formations tentent d'occuper, avec une longueur d'avance pour la France insoumise.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En balayant le PS du paysage politique, l’ouragan dégagiste de la présidentielle a laissé le champ libre à gauche. Un espace sur lequel les formations se livrent désormais à une course de petits chevaux. Loin devant les autres, la France insoumise (FI), bien inspirée par son leader visionnaire, profite, cet automne, d’une situation quasi hégémonique. Mais sa situation reste fragile. Si elle veut durer, la formation de Jean-Luc Mélenchon doit relever le défi de garder uni un mouvement que la présidentielle a soudé autour de son leader charismatique, mais qui est en réalité plus hétérogène qu’on le pense. Bref, la ligne d’arrivée – la prochaine présidentielle, en 2022 – est encore loin…

D’autant que d’autres joueurs ont rejoint la partie. Certes, Benoît Hamon, récent transfuge du PS, accuse plusieurs tours de retard. Mais il n’est pas impossible que son mouvement, qui officialise sa naissance le 2 décembre au Mans, en présence de Cécile Duflot, s’installe avec un peu de succès dans l’espace politique encore inoccupé de la social-démocratie écologiste. Ce n’est donc pas un hasard si, le 25 novembre, lors de la convention nationale de la France insoumise à Clermont-Ferrand, Jean-Luc Mélenchon a occupé le terrain en consacrant une bonne part de son discours à la sortie du nucléaire.

En toute queue de peloton, le PCF et Europe Écologie-Les Verts sortent lessivés de la séquence présidentielle et législative. Le Parti communiste devra d’abord se reconstruire une identité propre s’il veut espérer compter – même dans une stratégie d’alliance. Quant aux Verts, détroussés de toutes parts, c’est la question même de leur survie qui est posée.

Erratum : Contrairement à ce que l'auteure a annoncé dans la version papier de cet article, Yannick Jadot ne sera pas présent lors du lancement du mouvement de Benoît Hamon (ajout jeudi 10h).

À lire dans ce dossier :

À gauche, défis et tâtonnements

« La FI ne pourra pas faire l’économie du débat interne »

France insoumise : Une tribune parlementaire bien exploitée


Haut de page

Voir aussi

Téléphone portable à l'école : une belle diversion

Un prof sur le front par

Blog

 lire   partager

Articles récents