La Grèce va mieux… mais à quel prix ?

Alors que le gouvernement d’Alexis Tsipras vante la bonne santé économique du pays, le quotidien de la majeure partie de la population ne s’est guère amélioré.

Les chiffres le suggèrent, la Commission européenne le confirme : la Grèce va mieux ! La preuve : le Premier ministre, Alexis Tsipras, qui vient de recevoir le « Prix du courage politique » à Paris, a annoncé 1,4 milliard d’euros de mesures de soutien social, au vu des performances budgétaires de 2017. Le chômage, qui approchait 29 % de la population active, est « tombé » à 21,5 % ; le contrôle de capitaux se relâche. Le budget 2018 prévoit une croissance de 2,5 %, un excédent budgétaire primaire de 3,8 %, et de 54,2 % pour les recettes. Mieux, la sortie de l’austérité est annoncée pour l’été 2018. Odysseas Boudouris, ancien député de Syriza, parti au pouvoir, ne s’en émeut pas plus que ça : « Si vous ne remplissez plus aucune de vos obligations financières et que vous réduisez tous vos paiements, vous dégagez un excédent budgétaire à la fin de l’année, mais à quel prix ? » La facture est très lourde. En 2012, les créanciers ont imposé une baisse de 22 % des salaires et des indemnités chômage, alors que les retraites ont baissé à 14 reprises depuis 2011. Résultat : des sans-emploi qui touchent, tous, 360 euros par mois pour une durée d’indemnisation d’une seule année, alors que 73 % d’entre eux sont des chômeurs de longue durée. Ainsi, seul un sur dix reçoit actuellement une indemnité. Effets cumulés de cette mécanique : 3,8 millions de pauvres en Grèce sur un peu plus de 10 millions d’habitants. Mais d’autres chiffres sont encore plus préoccupants : selon Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, sur dix enfants grecs âgés de moins de 17 ans, quatre risquent la pauvreté ou l’exclusion sociale, un chiffre qui place la Grèce au sommet du palmarès pour ces catégories dans la zone euro. Leurs aînés ne vont guère mieux : 51,6 % des jeunes adultes de 25 à 34 ans habitent chez leurs parents, faute de pouvoir subvenir à leurs besoins. Et ces foyers, pour la moitié d’entre eux, n’auront pas les moyens de se chauffer cet hiver, pour la cinquième année consécutive.

Il reste 68% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents