Laurent Coq : Le clavier joue avec les mots

Avec Kinship, le pianiste Laurent Coq relie ceux qui nourrissent sa musique depuis un quart de siècle.

Laurent Coq fait partie des jazzmen qui font bouger leur sphère, dans la durée et l’excellence. Avec la sortie de Kinship sur le label participatif Jazz&people [1], il ne déroge pas à la règle. Kinship, au sens strict, désigne le lien de parenté, mais il doit ici être entendu dans son acception la plus généreuse. Laurent Coq, en effet, signe un hommage aussi spontané que possible à l’ensemble de ses compagnons de jazz, représentés ici par les guitaristes Sandro Zerafa et Ralph Lavital, les saxophonistes…

Il reste 77% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.