Le Jetodon, c’est parti !

En difficulté financière, l’association JET lance une campagne de dons pour pérenniser ses activités et ses emplois. Entretien avec son directeur, Loïc Chusseau.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Trente ans de radio déjà. Diffusée sur l’ensemble du département de Loire-Atlantique (92.1 FM), sur Internet et en RNT, Jet FM se veut une radio de proximité engagée, qui ouvre notamment chaque semaine son antenne à Politis. En guise de ligne éditoriale, les arts radiophoniques, l’économie sociale et solidaire, l’insertion, la lutte contre les discriminations, l’information locale et l’expression artistique. Soit 80 programmes chaque semaine avec des chroniques hebdomadaires et des émissions thématiques.

Actrice dynamique du monde associatif, l’association JET, c’est une centaine de bénévoles et huit salariés, une entité qui promeut la création sonore, propose également de l’éducation aux médias avec le « Sonolab », des projets de création et des formations professionnelles sur les techniques de la radio (son, montage, écriture).

C’est aussi une association confrontée aujourd’hui à une situation budgétaire difficile, menaçant sérieusement la poursuite de ses activités, la pérennité des emplois et qui l’oblige à lancer sur son site Internet un appel aux dons. Un « Jetodon » qui espère réunir au moins 10 000 euros à la clé d’une campagne de mobilisation courant tout du long du mois de décembre. Entretien avec Loïc Chusseau, directeur de l’association JET.

Politis : Quel est le financement de l’association ?

Loïc Chusseau : Il repose sur des financements publics : sur le Fonds de soutien à l’expression radiophonique (FSER), via le ministère de la Culture, sur les collectivités locales avec notamment des fonds d’aide aux radios, des appels à projets et des produits d’activités entre formations, ateliers, et partenariats. Pour un budget annuel de 320 000 euros.

Qu'est-ce qui a motivé cet appel au don ?

La situation financière de l’association. Malgré un refinancement de ses fonds propres, la situation de l’association JET est devenue très compliquée, et fait peser un gros risque sur la continuité des activités et le maintien des emplois en 2018, notamment au regard du résultat de l’exercice 2017. Plusieurs facteurs concourent à cette situation : à commencer par la pérennisation des emplois dans sa politique de recrutement, JET a fait le choix de pérenniser tous les postes des salariés ; tous partis au départ d’un poste en contrat aidé. Tous les salariés de JET sont donc en CDI, à temps complet, sauf 2 personnes à 80 %.

Autre source de difficulté, les subventions. Concernant JET, elles n’ont pas baissé, mais simplement, elles ont progressivement changé de nature. Avant, elles étaient pratiquement toutes attribuées au titre du fonctionnement, aujourd’hui elles se présentent de plus en plus sous la forme d’appel à projets. Il s’agit donc de monter un dossier par projet, ce qui demande du temps, parfois perdu quand le projet n’est pas retenu.

Ces difficultés sont-elles liées aux multiples activités de l’association ?

Nos activités sont, en effet, diverses. Nos missions s’inscrivent dans le champ de l’intérêt général et s’apparentent à celles du service public. Notre projet associatif social et militant œuvre dans une démarche d’éducation populaire et s’adresse à différents publics, avec pour certains peu ou pas de moyens. Pour ces derniers, nous adaptons notre activité et nos tarifs pour rendre les choses possibles et répondre aux besoins.

A côté de ces contraintes, nous avons subi la rétraction d’un grand partenaire en 2017, suite au renouvellement de son équipe, malgré un engagement pris par les prédécesseurs et plusieurs mois de travail sur la nouvelle convention, qui n’a finalement pas vu le jour.

Dernière réalité, l’association JET a déménagé deux fois en deux ans pour la réhabilitation de ses locaux dans le centre socioculturel. Cela prend du temps et de l’énergie ! Et cela ne favorise donc pas le développement de projets et des ressources.

Association JET / Radio Jet FM (tél. : 02 28 25 23 90)


Haut de page

Voir aussi

Articles récents