Les Restos du cœur pour le maintien du fonds européen à l’aide alimentaire

L’association ouvre aujourd’hui sa nouvelle campagne, sur fond de redistribution des cartes à l'échelle de l'Europe.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Voilà maintenant trente-trois ans que l'aventure des Restos du cœur, créés par Coluche, a commencé, et la pauvreté gagne du terrain au fil des campagnes – avec aujourd’hui 9 millions de personnes en France vivant sous le seuil de pauvreté. Chaque hiver, ce sont près de 900 000 personnes qui sont accueillies dans les 2 058 centres des Restos du cœur pour bénéficier d’une aide alimentaire. Cette campagne, assurée par 71 000 bénévoles, s’étendra jusque fin mars. Au précédent exercice, 135,8 millions de repas ont été servis.

Rappelons que cette aide n’est pas la seule au sein de l’association, qui déploie une palette d’actions visant la réinsertion durable des personnes comme l’accès aux droits, le soutien à la recherche d’emploi, l’accompagnement scolaire et les ateliers de français, l’accès à la culture et aux loisirs, l’aide au logement…

Reste que cette dernière campagne s’ouvre dans un contexte particulier : le prochain budget européen devra en effet faire l’objet d’âpres négociations en 2018 et remettre en jeu l’avenir du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD), dont l'association demande la pérennisation. « Les Restos ne manqueront donc pas de mobiliser tout au long de l’année, relève l’association, en lien avec leurs partenaires associatifs, l’ensemble des parties prenantes pour qu’elles concrétisent cet engagement et défendent un Fonds européen dédié à l’aide alimentaire à la hauteur de l’urgence sociale européenne. En défendant le FEAD, la France aura la responsabilité de porter ces messages cruciaux au niveau européen ! » C’est justement ce fonds qu’Emmanuel Macron avait promis de pérenniser durant sa campagne électorale.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents