Procès Merah : La leçon de droit de Dupond-Moretti

Le pénaliste est critiqué pour avoir choisi de défendre Abdelkader Merah.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un incident révélateur s’est produit le 3 novembre sur France Inter entre Nicolas Demorand et Éric Dupond-Moretti, l’avocat d’Abdelkader Merah. « Vous ne trouvez pas ça obscène, de le dire comme ça, devant les familles des victimes ? », a reproché le journaliste au pénaliste pour avoir déclaré que la mère de l’accusé était aussi la « mère d’un mort ». Et l’avocat de rétorquer : « C’est votre question qui est obscène », avant d’affirmer que le journaliste devrait « avoir du recul, comme les juges ».

Le pénaliste, critiqué pour avoir choisi de défendre Abdelkader Merah, en a profité pour donner une leçon de droit et peut-être de démocratie : « Il y a des causes indéfendables. L’islamisme radical, c’est indéfendable ; le nazisme, c’est indéfendable. Je ne défends pas une cause, j’espère que vous l’avez compris. Je défends un homme, et c’est singulièrement différent. » Et ceci encore : « Mon but n’était pas de faire aimer [Abdelkader Merah], c’était qu’il soit jugé selon nos règles. » Le frère de Mohamed Merah a été condamné pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, mais non pour complicité d’assassinat, comme le souhaitait la partie civile. « C’est l’honneur des juges que de ne pas avoir cédé aux sirènes de l’opinion publique », a estimé Éric Dupond-Moretti, qui a tout de même concédé que les victimes « avaient tous les droits ». Mais pas les juges ni, peut-être, les journalistes.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents