Cette grande distribution qui affame les paysans et supprime les PME

Alors que les États généraux de l’alimentation se terminent par un grave échec , les grandes surfaces s’organisent et s’associent au niveau européen pour écraser les prix payés aux producteurs.

Claude-Marie Vadrot  • 15 décembre 2017
Partager :
Cette grande distribution qui affame les paysans et supprime les PME
© photo : PHILIPPE HUGUEN / AFP

D’après les dernières statistiques publiées le 14 décembre par la Commission des comptes de l’agriculture, le revenu des paysans français a reculé, toutes activités confondues, de 29 % au cours de l’année 2016. Avec tout ce que cela représente comme cessations d’activité et, aussi, suicides. En moyenne un tous les deux jours, soit une proportion supérieure de 20 % au reste de la population française. Au cours de cette même année le nombre des faillites des petites entreprises spécialisées dans la fabrication des produits alimentaires, généralement consacrées aux conserves, aux surgelés ou aux préparations pour les traiteurs, a été multiplié par deux. Certaines à cause des retards de règlement de leurs factures, d’autres ne pouvant plus faire face aux conséquences des tarifs d’achat à la baisse imposés par la grande distribution.

Les États généraux de l’alimentation, dont les discussions durent depuis la fin du mois de juillet et se terminent dans quelques jours, n’ont guère pris en compte le problème des revenus des agriculteurs ou le sort des PME spécialisées dans l’agro-alimentaire. Pourtant, 90 % d’entre elles (60 000) emploient au plus une dizaine de salariés. Avec un taux de disparition annuelle de plus en plus élevé.

Alliances entre grandes enseignes

Ces situations ne préoccupent pas les quelques responsables de la grande distribution. Puisque les quelques géants existant dans ce secteur ont décidé de « rationaliser » et de mutualiser leurs recours aux centrales d’achat. Y compris en s’alliant à des plate-formes d’achat internationales regroupant déjà des Britanniques, des Espagnols, des Allemands et même des Russes. C’est, par exemple, le cas pour Casino qui va donc désormais se fournir par le biais d’une centrale d’achat réalisant chaque année un chiffre d’affaires de 184 milliards d’euros. De quoi peser sur les prix… mais en faisant porter ce poids sur les agriculteurs et les petites entreprises ou ateliers alimentaires. Tous n’ayant ni les moyens ni la force de résister aux exigences de la grande distribution. Laquelle veut pouvoir affirmer que les prix baissent, mais en faisant porter cet « effort » sur leurs petits fournisseurs. D’ailleurs c’est bien la seule préoccupation de Casino qui s’est pour cela associé à Intermarché. Notamment pour les « marques de distributeurs » qui ne permettent aucune traçabilité des produits.

Achever les paysans et les PME

Avec les mêmes objectifs, Auchan s’est associé à Système U dans une centrale française baptisée Alliance tout en regroupant ses achats avec l’enseigne Metro, le groupe de distribution allemand qui pèse 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an. Mais dans le domaine alimentaire et d’autres, Carrefour, c’est également Cora ou Fnac-Darty. Et Intermarché fait la loi sur les prix avec Alidis, Casino et Arena. En fait les croisements, d’un distributeur à l’autre, sont de plus en plus fréquents et multiples. Même pour Leclerc qui proclame une « indépendance » qui n’est que fictive puisque ses achats sont également regroupés avec Boulanger et Système U.

Les grandes surfaces sont donc résolues, contrairement aux souhaits des consommateurs ou de la Confédération paysanne, à constituer un gigantesque conglomérat d’achat à travers l’Europe pour réussir à imposer une illusion de baisse des prix qui n’affectera que les revenus de nombreux agriculteurs, des entreprises de production alimentaire locales. Au détriment, notamment de la santé des consommateurs puisque ces groupes puissants sont déjà et seront en plus à même d’imposer le recours à des ingrédients et additifs face aux législations des États.

Les États généraux de l’alimentation ont donc simplement fait apparaître que la grande distribution peut s’opposer sans crainte aux pays en raison de la force de frappe de son chiffre d’affaires.

Société
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé
Mobilisation 11 juin 2024

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé

Les organisations syndicales veulent poursuivre l’esprit unitaire de la bataille des retraites, conscientes, comme la société civile, que le combat ne fait que commencer jusqu’aux législatives.
Par Hugo Boursier
Kylian « Megalopolis » Mbappé
Sport 4 juin 2024 abonné·es

Kylian « Megalopolis » Mbappé

L’attaquant français rejoint logiquement le Real Madrid au terme d’un exercice de communication parfaitement maîtrisé. Le capitaine des Bleus est un des Français les plus médiatiques et influents aujourd’hui, ce qu’Emmanuel Macron a bien compris.
Par Nicolas Kssis-Martov
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître