Critique à cran

Après avoir incarné Serge Daney dans La Loi du marcheur, Nicolas Bouchaud endosse le rôle d’un autre critique dans Maîtres anciens, de Thomas Bernhard. Une performance tragicomique.

Ébouriffé perpétuel, le sourire rêveur et le grand corps un peu penché vers le sol, Nicolas Bouchaud a toujours l’air de sortir d’une lecture. De continuer à être dans son salon tout en étant sur le plateau, imprégné par les personnages et les écritures fréquentés dans les livres. Dans le théâtre et à l’extérieur, de la même manière que le critique théâtral tel que le définit Bernard Dort, pour qui « toute parole sur le théâtre est en porte-à-faux. Il faut être dedans ou dehors ». Le dedans étant, selon…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents