Grèce : un nouveau budget de précarité et de misère

Le gouvernement Tsipras a fait adopter le budget 2018 par la Vouli, le parlement grec. Un texte de loi coupant encore une fois dans les dépenses publiques et entérinant la précarité devenue quasiment systémique dans le pays.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans un entretien pour Politis en octobre dernier, Yanis Varoufakis expliquait, à propos de la précarité et de la pauvreté frappant les travailleurs grecs, combien son pays était « un laboratoire des politiques austéritaires toxiques en Europe, dans le but de les mener ailleurs ». Avant de mettre en garde sur leur mises en œuvre à terme dans les autres pays du Vieux Continent, en premier lieu la France, « la prochaine cible, en particulier pour détruire son système de protection sociale », alors que les ordonnances Macron sur la loi travail étaient alors en train d’être votées.

À lire aussi >> Yanis Varoufakis : « Ils voulaient nous faire mordre la poussière »

Adopté par le Parlement d’Athènes le 19 décembre dernier, le budget grec 2018 ne saurait démentir le diagnostic alarmant de l’ancien ministre démissionnaire des Finances d’Alexis Tsipras. En dépit de prévisions de croissance en hausse – de l’ordre de 2,5 % pour 2018, contre 1,6 % en 2017 –, les coupes budgétaires seront encore légion l’an prochain, tout particulièrement dans l’éducation et la santé. En outre, l'application des conventions collectives (suspendues en 2015) ne doit pas être rétablie avant l’automne 2018.

Néanmoins, le gouvernement Tsipras se vante avec force d’une baisse du chômage non négligeable, puisqu’il était de 27,8 % en 2013 à 20,2 % au troisième trimestre 2017. Pour autant, il est indéniable que la précarité s’est installée massivement au cœur du système productif grec. Les témoignages sont innombrables de salariés, embauchés officiellement à mi-temps mais qui travaillent en fait à plein temps, permettant ainsi aux entreprises de substantielles économies de cotisations sociales. On estime à quelque 29 % (soit plus de 580 000 personnes) la proportion de salariés grecs à temps partiel, rémunérés généralement pour 380 euros bruts mensuels, dont une bonne part sans couverture sociale.

Chômage des jeunes à 30 %

Aussi, la chute (statistique) du chômage, dont ne cesse de se féliciter l’exécutif Tsipras, s’expliquerait principalement par cette hausse massive d’emplois précaires, surtout à temps partiel, mais aussi par la baisse de la population active, estimée à plus de 6 % depuis le début de la crise, due en particulier aux très nombreux départs de jeunes (principalement diplômés mais pas uniquement) à l’étranger.

Les annonces enthousiastes et répétées d’Alexis Tsipras sur la supposée reprise économique grecque (outre le croissance, il salue trop régulièrement, comme si la grande majorité de son peuple allait en être bénéficiaire, l’envolée de 13 % de la valeur des exportations de son pays au cours des trois premiers trimestres de 2017, par rapport à la même période de 2016) ont donc bien du mal à convaincre la grande masse des électeurs…

Avec un chômage des jeunes proche de 30 % (pour ce qui concerne la tranche d’âge des 25-29 ans), les coupes budgétaires dans des secteurs aussi fondamentaux que la santé ou l’éducation ont provoqué un mécontentement sans appel – il a suffi de voir le succès des manifestations du 14 décembre dernier, notamment à Thessalonique ou Athènes, contre les réductions des dépenses publiques – dans une population qui, jadis, avait placé un formidable espoir dans le gouvernement Tsipras. Mais celui-ci a déçu fortement, jusqu’à ses propres fonctionnaires qui, ces cinq dernières années, ont perdu en moyenne l’équivalent de quatre mois de salaires par an.

Le secteur public est d’ailleurs régulièrement décrit en Grèce comme à la limite du burn-out pour ce qui concerne le plus grand nombre de ses membres, entre heures supplémentaires trop rarement rémunérées, conditions de travail extrêmement pénibles, salaires en baisse et manques de personnel jusque dans des secteurs aussi importants que les sapeurs-pompiers…

Mais la situation est encore pire dans le privé, où beaucoup d’employeurs n’hésitent pas à profiter de la crise économique pour imposer des conditions dérogatoires au droit du travail et exercer un véritable chantage à la grande masse des salariés ou chômeurs en espoir d’embauche.

Devant un tel tableau, Yanis Varoufakis, en octobre dernier, s’interrogeait directement devant nous : « Devons-nous être fiers de cette situation en Grèce ? » Il y a fort à craindre que ce budget 2018 ne prenne pas le chemin pour y remédier…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents