Mustapha Boutadjine : Du papier glacé pour des figures brûlantes

Le graphiste et collagiste Mustapha Boutadjine expose à Paris. Itinéraire d’un artiste engagé attaché aux rebelles des deux sexes, cherchant à restituer leur aura.

Jean-Claude Renard  • 13 décembre 2017 abonné·es
Mustapha Boutadjine : Du papier glacé pour des figures brûlantes
© photo : Julien Millet

Elle a un regard hardi, déterminé, mais un peu triste aussi, malgré son rouge à lèvres vif et ses boucles d’oreilles vertes. Djamila Boupacha tient entre ses mains gantées un dessin au fusain de Picasso, celui d’une jeune fille aux grands yeux étincelants, ouverts sur la vie, contrastant avec son visage. Djamila a tout juste 21 ans et sort d’un mois de torture – les seins brûlés par des cigarettes, les côtes brisées, des viols répétés. On est en 1960. Militante au FLN, elle a été arrêtée, accusée d’avoir tenté de poser une bombe à la brasserie des Facultés, à Alger. Défendue par Gisèle Halimi, créant un comité de soutien (présidé par Simone de Beauvoir), elle sera condamnée à mort puis amnistiée après les Accords d’Évian.

À côté de ce grand portrait (130 x 95 cm),

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 8 minutes