Notre-Dame-des-Landes : En marche sur des œufs

Sur le projet d'aéroport nantais, tout le monde n'a pas l'air d'accord au sein de la majorité.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les trois médiateurs ont remis leur rapport sur le projet d’aéroport nantais. En attendant la décision, prise « au plus tard fin janvier », tout le monde donne plus ou moins son avis, notamment dans les rangs de La République en marche (LREM).

Si Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, refile la patate chaude en affirmant que « ce n’est plus un sujet agricole mais d’aménagement du territoire », Richard Ferrand, le patron du groupe à l’Assemblée, met les pieds dans le plat en soulignant que « le conseil régional de Bretagne […] a réaffirmé que Notre-Dame-des-Landes paraissait être la meilleure solution ». Précisons qu’il est membre du conseil depuis 2010, sous la bannière PS à l’époque.

Mais Christophe Castaner, secrétaire d’État aux relations avec le Parlement, a osé émettre des doutes sur la légitimité de la consultation publique de juin 2016 : « Peut-être que si on avait posé la question dans le référendum sur le fait qu’il y avait deux solutions qui étaient proposées, et pas seulement une seule solution, le choix aurait été plus juste. » La « solidarité gouvernementale », clamée par le nouveau porte-parole, Benjamin Griveaux, résistera-t-elle ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents