Pays basque : La longue marche vers la paix

Alors que la France et l’Espagne refusent toujours d’acter la fin du conflit armé avec l’ETA, dix mille Basques vont réclamer à Paris, le 9 décembre, la fin du régime spécial des prisonniers politiques.

Depuis lundi, Zigor Goieaskoetxea a « la tête à l’envers » : c’est semaine de visite à Ibon. Il récupère à Arbonne sa mère et sa sœur, qui ont fait la route depuis Guernica (Pays basque espagnol). On chargera vite le coffre, puis départ pour la maison d’arrêt d’Arles, où Ibon, l’aîné, purge 14 ans de peine pour implication dans les activités du groupe armé ETA. On fera étape à Narbonne, 632 kilomètres d’un jet, c’est trop. Il y a aussi Eneko, le cadet, incarcéré à Pontevedra (Galice) : pour 162 ans…

Il reste 96% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents