Edward Said, les armes de l’amour et de l’exil

Essayiste et romancière, Dominique Eddé a eu une longue relation avec le grand intellectuel américano-palestinien. Dix ans après sa disparition, elle livre un portrait intime de l’homme et du « roman de sa pensée ».

Au mitan des années 1990, l’intellectuel pakistanais Eqbal Ahmad, militant pacifiste de gauche engagé aux côtés des mouvements de libération tiers-mondistes, donne une interview au Herald Tribune. En 1992, son grand ami Edward Said lui avait dédié l’un de ses livres majeurs, Culture et impérialisme, considéré comme la suite de son maître ouvrage, L’Orientalisme. Dans cet entretien, Ahmad soutient les positions de Said sur le conflit israélo-palestinien, à propos duquel celui-ci s’était engagé depuis la…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents