Emmanuel Finkiel : « Je voulais faire entendre la musique de Duras »

Emmanuel Finkiel expose ici comment il a adapté ce texte immense qu’est La Douleur et explique ses choix de mise en scène.

Christophe Kantcheff  • 17 janvier 2018 abonné·es
Emmanuel Finkiel : « Je voulais faire entendre la musique de Duras »
© DR

Depuis le splendide Voyages (1999), son premier long métrage, Emmanuel Finkiel trace un parcours de cinéaste à la fois singulier et cohérent, qui met en résonance le passé et le présent. Le voici aujourd’hui à la rencontre de Marguerite Duras, avec La Douleur.

L’éditeur de La Douleur est mort brutalement il y a quelques jours. Que vous inspire le nom de Paul Otchakovsky-Laurens [1] ?

Emmanuel Finkiel : Quand il était président de la commission de l’avance sur recettes, au Centre national du cinéma, Paul Otchakovsky-Laurens, a contribué à ce que j’obtienne l’avance pour mon film précédent, Je ne suis pas un salaud. Il n’était pas évident d’emblée que l’écriture de ce film, qui n’a pas toujours été bien reçu, ne lui semble pas indigeste. Mais la malédiction du personnage, qui nous renvoie une image inconfortable de nous-mêmes, l’a intéressé.

Plus généralement, on mesure ce que cet éditeur a permis de faire lire aux gens. Il y avait chez lui une indépendance et un raffinement de point de vue exceptionnels. J’aurais aimé qu’il voie mon adaptation de La Douleur.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 8 minutes