Emmanuel Finkiel : « Je voulais faire entendre la musique de Duras »

Emmanuel Finkiel expose ici comment il a adapté ce texte immense qu’est La Douleur et explique ses choix de mise en scène.

Depuis le splendide Voyages (1999), son premier long métrage, Emmanuel Finkiel trace un parcours de cinéaste à la fois singulier et cohérent, qui met en résonance le passé et le présent. Le voici aujourd’hui à la rencontre de Marguerite Duras, avec La Douleur. L’éditeur de La Douleur est mort brutalement il y a quelques jours. Que vous inspire le nom de Paul Otchakovsky-Laurens [1] ? Emmanuel Finkiel : Quand il était président de la commission de l’avance sur recettes, au Centre national du cinéma, Paul…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Clandestin malgré lui

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents