« La Douleur », d'Emmanuel Finkiel : La force de la fragilité

Emmanuel Finkiel livre une adaptation à la fois fidèle et particulière, servie par des acteurs incarnés et sensibles.

Robert Antelme a été arrêté le 1er juin 1944 et déporté dans un camp de concentration, dont il est revenu en mai 1945 dans un état de faiblesse absolue. Il faisait partie d’un réseau de résistance, tout comme son épouse, Marguerite Duras, qui a relaté dans La Douleur, paru en 1985 chez P.O.L., cette période à partir de son point de vue. Emmanuel Finkiel en donne une adaptation à la fois fidèle et particulière. Particulière, parce qu’il s’est interdit de montrer le corps de Robert Antelme à son retour de…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents