Macron (tout) contre l'extrême droite

Le macronisme régnant – décidément un orwellisme – est coutumier de sinistres enfumages.

Emmanuel Macron, chef de l’État français, recevait ce 12 janvier, dans son Élysée, le chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui vient, chez lui, de confier à des fafs plusieurs ministères stratégiques, dont ceux – excusez du peu – des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Intérieur. À l’issue de leur déjeuner, MM. Macron et Kurz ont fait une « déclaration conjointe », où le premier, après avoir préambulement [1] remercié le « cher Sebastian » d’avoir « choisi la France » pour son « premier voyage…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.