Rémi Fraisse : Flagrant déni de justice

Les juges d’instruction ont délivré un non-lieu en faveur du gendarme qui a lancé la grenade sur le jeune militant écologiste.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Trois ans après la mort de Rémi Fraisse à Sivens, les juges d’instruction ont enterré tout espoir de justice en délivrant un non-lieu en faveur du gendarme qui a lancé la grenade mortelle. Le parquet avait lui-même requis un non-lieu en juin dernier. Pour les proches du militant écologiste, « cela revient à donner un permis de tuer aux forces de l’ordre ». Ils sont déterminés à saisir la Cour européenne des droits de l’homme afin que l’État français assume ses responsabilités.

À lire aussi >> Depuis 2000, les trop nombreuses victimes des violences policières


Haut de page

Voir aussi

Articles récents