Rémi Fraisse : Flagrant déni de justice

Les juges d’instruction ont délivré un non-lieu en faveur du gendarme qui a lancé la grenade sur le jeune militant écologiste.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Trois ans après la mort de Rémi Fraisse à Sivens, les juges d’instruction ont enterré tout espoir de justice en délivrant un non-lieu en faveur du gendarme qui a lancé la grenade mortelle. Le parquet avait lui-même requis un non-lieu en juin dernier. Pour les proches du militant écologiste, « cela revient à donner un permis de tuer aux forces de l’ordre ». Ils sont déterminés à saisir la Cour européenne des droits de l’homme afin que l’État français assume ses responsabilités.

À lire aussi >> Depuis 2000, les trop nombreuses victimes des violences policières


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.