« Bravo virtuose », Lévon Misanian : En mineur supérieur

Avec Bravo virtuose, Lévon Misanian met brillamment en scène un polar burlesque.

Voilà un formidable film d’action drolatique ! Pourtant, dans la première séquence, Alik (Samvel Tadevosian), un jeune Arménien, musicien hors pair, évoque le souvenir de ses parents. Ils ont été assassinés il y a longtemps dans des circonstances tragiques. Mais Lévon Minasian, dont Bravo virtuose est le premier long métrage, ne nous entraîne pas dans une réflexion sur l’histoire heurtée de l’Arménie. Si les drames qu’a connus le pays et ses problèmes actuels sont présents, ils demeurent en toile de fond.…

Il reste 71% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents